Fermeture d’archives, recherche paralysée, crise du financement, pédagogie chamboulée ; la pandémie a révélé ou exacerbé les défis auxquels fait face le monde historien.

En lieu et place de son congrès annuel, l’Institut d’histoire de l’Amérique française a le plaisir de vous inviter à la table ronde virtuelle de son événement du 16 octobre, de 15h00 à 17h00. Quatre historiennes (Aline Charles, Louise Lainesse, Laurence Monnais et Marie-Claude Thifault) et un historien-animateur (Harold Bérubé) formeront un panel inspirant pour discuter de ces défis sous l’angle de l’histoire de la santé et débattront plus largement sur l’avenir de l’histoire. Si l’incertitude plane encore, peut-être est-il déjà possible d’identifier quelques tangentes ou bouleversement porteurs. Quel impact la crise aura-t-elle sur les recherches historiques, celles en histoire de la santé et au-delà ? Comment les historiennes et les historiens intégreront-ils les outils et les approches que la crise les aura poussés à explorer ? Quelles conséquences institutionnelles la pandémie aura-t-elle sur les départements d’histoire ? Ce sont à ces questions que répondront les panélistes afin d’éclairer, lanterne à la main, l’histoire de l’après-crise.

La table ronde sera suivie de la présentation des capsules « ma thèse en 180 secondes » et des livres qui auront été lancés tout au long de la semaine précédente. La remise des Prix d’excellence de l’Institut conclura l’événement.

L’inscription est gratuite, mais pour vous assurer d’avoir une place, veuillez nous retourner le formulaire d’inscription à ihaf@ihaf.qc.ca ou par la poste ici :

Institut d’histoire de l’Amérique française
a/s: Département d’histoire
Université de Montréal
C.P. 6128, succursale Centre-Ville
Montréal QC H3C 3J7 Canada

_______

L’IHAF dénonce les licenciements chez les Sulpiciens. Le texte et la pétition ici

________

In Memoriam. Jarrett Rudy (1970–2020)

Le 4 avril 2020, la communauté historienne québécoise et canadienne a appris avec consternation la perte d’un de ses membres. Disparu beaucoup trop tôt, à 49 ans, Jarrett Rudy était un historien de Montréal, du Québec et du Canada, lu et reconnu. Pour plusieurs, il était aussi un ami. [lire la suite]

________

ATTENTION. En raison de la pandémie et des incertitudes qui en découlent, le 73e Congrès de l’Institut est reporté à octobre 2021.

________

Vous trouverez ICI le communiqué de presse et la pétition VALORISONS NOS DIPLÔMÉ.E.S ! POUR UN ACCÈS ÉLARGI À LA PROFESSION ENSEIGNANTE

_________

L’Institut d’histoire de l’Amérique française est la principale association des historiennes et des historiens professionnels du Québec et des spécialistes de l’Amérique française. Fondé en 1946 par Lionel Groulx, l’Institut regroupe professeurs, professionnels et amateurs d’histoire provenant de toutes les régions du Canada et de l’étranger. Cependant, le plus gros des effectifs de l’association vient du Québec, où il est naturel que davantage de personnes s’intéressent à ses activités qui sont celles d’une société savante bien impliquée dans son milieu et largement sollicitée par celui-ci.

Outre qu’il publie une revue trimestrielle, la Revue d’histoire de l’Amérique française, et qu’il organise chaque année un congrès scientifique pour ses membres, l’Institut défend la place de l’histoire ainsi que celle des sciences humaines et sociales. Il intervient également dans les grands dossiers d’actualité en matière d’enseignement, de recherche, de patrimoine et d’archives. Enfin, à chaque année, l’Institut récompense les meilleures réalisations en histoire de l’Amérique française par la remise de prix d’excellence.

L’Institut est une corporation sans but lucratif dont les membres, réunis en assemblée générale, élisent pour trois ans le Conseil d’administration. Celui-ci, composé de douze personnes, nomme ensuite les membres du Comité exécutif. Un bulletin d’information sert d’outil de liaison entre le conseil et les membres de l’Institut.
L’administration de l’Institut d’histoire de l’Amérique française et de sa revue est gracieusement hébergée au Département d’histoire de l’Université de Montréal.